Maoz tsur de la femme

SLD10
ven 22/11/2013 - 23:00
Bonjour Rav,
Est-il possible pour une jeune femme de "chanter" en même temps que les hommes lors de l'allumage de la hanoukia (maoz tsour etc...) ? Plus précisément, les chants religieux entrent-ils dans l'interdiction pour les hommes d'écouter le chant d'une femme ?

Merci d'avance et Chavoua tov

--
Question envoyée via l'application iPhone
Rav Sam Elikan
mer 27/11/2013 - 18:07
Shalom,
Il faut savoir, premièrement, que l'interdit - pour un homme - d'écouter une femme (qui n'est pas la sienne) chanter est d'ordre rabbinique selon la majorité des décisionnaires (1).
Selon la majorité des décisionnaires il s'agit d'un problème de pudeur (2).
Il est donc interdit à un homme d'écouter une femme chanter (3).
Cependant, la raison de cet interdit consiste dans les mauvaises idées que cela réveille chez l'homme ; ainsi, dans des cas où la musique n'est pas "pour le plaisir", comme dans le cas de "pleureuses" à des enterrements (4), ou, pour certains, de voix qui nous sont connues et n'ont aucun "effet" sur nous (5), ou encore lorsqu'on n'a pas l'intention d'en profiter (6), ou même si ce sont des chants liturgiques, liés à la sainteté, comme c'est le cas pour "maoz tsour" - on ne craint pas qu'il y ait des "désirs" inopportuns (7).
Selon d'autres encore, cela dépend de la nature de la musique. Si son but est d'éveiller les pulsions - alors il est clair que c'est interdit, sinon, cela sera permis (8). Et il est clair que ce n'est pas le cas ici !
D'autant plus que certains décisionnaires (comme le Rif) ne rappellent nul part cet interdit d'écouter une femme chanter, ce qui laisse penser que c'est permis (9).
En outre, lorsque tout le monde chante ensemble on ne sait pas distinguer les voix et il n'y a donc aucun problème.

Pour toutes ces raisons - il est permis de chanter "Maoz tsour" avec d'autres personnes y compris des femmes.

H'anouka sameah' !

Sources:
(1) Nishmat Adam 4,1; Ma'adanei Yom Tov Berah'ot 3,60; Mishna Beroura 75,17; resp. Yabia Omer I, 6
(2) "tsniyout" - suivant le Rosh sur Berah'ot 3, 17.
(3) Sh.Ar. EH 21,1.
(4) Tifféret Israël, Yah'in sur Moed Katan 3,9, lettre 68.
(5) Rema OH 75,3 selon beaucoup de rishonim.
(6) Ma'amar Mordeh'i 75,4; Divrei H'efetz ramené par le Sdei H'emed, Ma'areh'et Kouf, règle 42.
(7) resp. Sridei Esh II, 8; H'ida dans Nah'al Kedoumim sur Beshalah' 14 - "là où la sainteté règne... il ne faut pas s'inquiéter..."
(8) Cf. resp. "Meloumadei Milh'ama", siman 116, p. 268.
(9) Tel que l'écrit le Rashba sur Berah'ot 24a et le Mara deAtra, le Rav S.D. Botshko (Be'Ikvot HaMeh'aber, p. 64