Noms et mois hébraïques

cyrano73
lun 12/09/2016 - 23:00
Bonjour, je découvre votre site et suis ravi de voir tant d'avis différents et de rabbins qui s'expriment, parfois dans des styles bien différents...
Pourtant, je vois que ces derniers temps il n'y a que le rav Elikan qui répond...

Je n'ai rien contre lui, au contraire, mais je pense que c'est dommage. En tout cas, merci pour ce que vous faites.

A part ça, j'avais une question qui me turlupine depuis longtemps.

Y a-t-il une importance particulière à donner des noms hébraïques ?
Parce que je connais un type il s'appelle "David Moshé" et il se comporte mal, alors que mon ami Jean-Marc lui est un vrai tzadik. Du coup, je me demande s'il y a un sens à donner un prénom hébraïque puisque de toute façon on a le libre-arbitre et ça n'influe en rien. Ne me dites pas que c'est lié à des questions d'identité parce que les noms de rabbins qui avaient des noms arabes ou yiddish/russes/polonais/allemands, etc. ne sont pas moindres... D'ailleurs dans le Talmud on voit bien qu'ils avaient des noms pas forcément hébraïques (Abayé, Rava, etc.).
Bref, je ne vois vraiment pas d'importance à cela, si ce n'est peut être des fabulations kabalistiques, mais là encore on n'en a aucune preuve concrète...
Si vous pouviez m'éclairer sur cette question, je serais content, parce que ça fait longtemps que je cherche une raison et je n'en trouve vraiment pas...
D'ailleurs, pareil pour les mois juifs. Doit-on compter selon les mois hébraïques (par exemple pour les anniversaires, etc.) ou est-il permis de fêter selon le calendrier solaire ?
Là aussi la même question se pose, parce que les mois ont un nom babylonien...
Merci de votre retour.
Emmanuel Bloch
jeu 15/09/2016 - 13:51
Chalom,

Personnellement j'aimerais lire encore plus de reponses du rav Elikan, meme si je comprends votre argument en faveur de la diversite des idees et des tendances.

S'agissant des prenoms, j'ai deja eu l'occasion de repondre sur le site sur des sujets proches (http://www.cheela.org/pratique/65419-chirel-prenom-interdit).

Des considerations similaires sont applicables au choix d'un prenom hebraique: sur le plan de la halakha stricte, rien n'empeche de choisir comme prenom civil Pierre ou Jean, et effectivement on a l'exemple de tres grands rabbanim en ce sens. Pour monter a la Torah, par contre, et pour d'autres occasions comme le mariage, on se sert generalement d'un prenom juif, mais il s'agit plus d'une obligation sociale que halakhique.

Vous trouverez des enseignements de nos Sages en sens contraire, et qui mettent en avant l'importance d'un nom dans le maintien d'une identite juive, ou son influence sur le comportement futur de l'enfant. Ces enseignements n'ont pas de portee legale a proprement parler; toutefois, dans de nombreux cercles, on insiste pour donner un prenom juif, et il me semble que la sagesse est de ne pas aller a l'encontre du consensus social sans bonne raison, et d'avoir le bien de l'enfant comme premiere consideration dans le choix du prenom.

Les mois hebraiques servent a la determination des fetes, des annees embolismiques, etc. Pour les anniversaires, qui ne sont pas une obligation religieuse, on peut se servir des mois civils si on le souhaite.