Des emails d'activation de comptes sont envoyés à nos utilisateurs. Vérifiez aussi dans votre dossier Spam / Courrier Indésirable ! Si vous n'avez pas reçu de mail contactez-nous à l'aide du lien ci-dessus.
Si notre message se trouve dans le dossier Spam, nous vous serions reconnaissants de le marquer comme "non-spam" (ou autre mention équivalente) afin de nous aider à atteindre les autres utilisateurs de Cheela.

Les 2 noun inversés

JAL
Profile picture for user JAL
jeu 29/09/2016 - 23:00

Merci pour votre réponse et chana tova.
(ma question était: Dans les Nombres 10 on trouve 2 noun inversés encadrant les versets 35 et 36, ce qui voudrait dire du livre des nombres-, qu'il y doit être vu comme composé de trois livres. Le deuxième livre parmi ces trois est réduit à deux versets ("במידבר " 10, 35-36) qui sont encadrés dans le livre de la Torah entre deux " נ - noun" inversés et font une allusion à leur existence.)
Votre réponse:
Oui, ce que vous decrivez est l'opinion de Rabbi Yehouda Ha Nassi dans le Talmud Chabbat 115-116a, qui affirme que les versets ainsi encadres forment un "livre" de la Torah en tant que tel. D'autres explications de ces noun inverses existent (et, en passant, on en trouve aussi au chapitre 107 des Psaumes).
Mais quelle est votre question exactement ?
Pourquoi ce verset forme-t-il un livre? Pourquoi si court et pourquoi n'est-il pas traité comme les autres livres?

merci

Emmanuel Bloch
mer 05/10/2016 - 21:53

Chalom,

Votre resume est parfaitement exact. Il existe d'autres opinions sur la raison de ces noun inverses (la plus courante etant que ce passage a ete deplace au sein de la Torah, et que son emplacement naturel aurait du etre ailleurs, ce qui est indique par les noun). Mais, s'agissant de Rabbi Yehouda Ha Nassi, pourquoi considerer que 2 versets forment un livre entier de la Torah?

Le Rav Soloveitchik expliquait que ces deux versets expriment une situation idyllique, qui aurait du exister, mais n'a pas ete, suite a la faute du peuple juif. Dans l'ideal, la conquete d'Israel aurait du se faire sans conflit, sans pertes humaines de quelque cote que ce soit, et avec Moshe Rabbeinou comme dirigeant spirituel.

La realite, resultant des fautes humaines, fut bien plus imparfaite malheureusement. Mais, pour le principe, la Torah voulait capturer l'ideal initialement contemple, meme si cet ideal etait desormais reduit comme peau de chagrin. Il s'agissait de fixer un ideal a atteindre pour le futur.