C'est un minhag algérien?

dawid
mar 25/10/2016 - 23:00
dans la communauté où j'ai prié à Simhat torah, les deux hatanim (torah et Béréchit) sont montés ensemble à hatan torah, ont fait ensemble la première bénédiction (acher bahar banou). l'un d'entre eux a lu la paracha vézot habérakha puis sans s'arrêter celle de béréchit, puis les deux ont fait ensemble la bénédiction finale (acher natan lanou) . Le rav de la kéhila m'a dit qu'il s'agissait d'un minhag algérien. Qu'en est-il au regard de la halakha?
Rav Sam Elikan
jeu 27/10/2016 - 04:43
Shalom,


1. L'usage de lier Vezot HaBerah'a avec Bereshit

Le fait de lire Vezot HaBerah'a et Bereshit à la suite sans s'arrêter est effectivement un usage d'origine d'Afrique du Nord,
tel que rapporté par le Rav Issah'ar ben Mordeh'ai Ben Soussan
(né à Fez au début du 16ème siècle, qui fit sa alyah pour Tzfat en 1538 pour devenir rabbin de la communauté des juifs provenant d'Afrique du Nord),
dans son "I'bour LeShem" (renommé par la suite dans les éditions plus tardives "Tikoun Issah'ar" - Constantine, 5324 (1564), 2ème partie, usages, al. "Simh'at Torah").

Cet usage s'est alors également répandu en Egypte, comme le note le Rav Yaakov Castro (Maharikash, disciple du Radbaz et du rav Lévi ben H'aviv, contemporain au Rav Ben Soussan) qui était le rabbin de la communauté des juifs provenant d'Afrique du Nord au Caire (resp. Ohalei Yaakov, Livourne, 5543 (1783), §123).


Le fait de faire monter plusieurs personnes en même temps à la Torah

Le Talmud de Jérusalem (Berah'ot chap. 5) enseigne qu'on ne fait pas monter deux personnes en même temps.

Cependant, comme le note le Maguen Avraham (OH 669) il y a un usage ancien de faire monter plusieurs personnes ensemble à Simh'at Torah et pour lui il y a là une contradiction entre l'usage et la loi et attaque cet usage en disant qu'il ne sait pas sur quoi il repose.

Le Eliyah Rabba (ad loc, s.k. 12) répond que ce n'est pas difficile, en effet le Talmud de Jérusalem parle de plusieurs "traducteurs" lisant en même temps, rendant la lecture de la Torah inaudible au public, mais pas de deux personnes qui diraient la bénédiction en même temps et une seule personne lisant - cela serait permis.

Il semblerait que ce soit également l'avis du Mishna Beroura (OH 669, s.k. 12-13) et d'autres encore que cela soit permis.

Le Arouh' HaShoulh'an (id. se'if 2) écrit : "l'usage est de faire monter deux (personnes) en même temps, et bien que cela ne soit pas correct (d'un point de vue hilh'atique pur - S.E.), on fait ainsi à cause de la joie de finir la Torah" (qui justifierait une certaine dérogation - S.E.)

Quoi qu'il en soit, cet usage est parfaitement légitime et s'il est accepté par les membres de la communauté ou institué par les rabbins, on n'a pas le droit de le remettre en cause.

Cordialement,