Des emails d'activation de comptes sont envoyés à nos utilisateurs. Vérifiez aussi dans votre dossier Spam / Courrier Indésirable ! Si vous n'avez pas reçu de mail contactez-nous à l'aide du lien ci-dessus.
Si notre message se trouve dans le dossier Spam, nous vous serions reconnaissants de le marquer comme "non-spam" (ou autre mention équivalente) afin de nous aider à atteindre les autres utilisateurs de Cheela.

Sanctifions le mois

mick636
Profile picture for user mick636
ven 04/11/2016 - 23:00

A Roch hodesh, on sanctifie le mois dans le moussaph comme on le fait pour le jour de fête ou le chabbat. Cependant on ne fait pas de kidouch sur le vin. Pourquoi?

Rav Sam Elikan
mer 09/11/2016 - 02:39

Shalom,

Il n'y a pas de corrélation entre le fait de dire "moussaf" et le kidoush, sans quoi on aurait dû également faire kidoush pour chaque jour de h'ol hamo'ed, etc.

Le Kidoush provient du fait qu'à propos de shabat il soit écrit "zah'or ète yom hashabat" - "rappelle toi du jour du shabat". Et nos Sages nous enseignent (TB Pessah'im 106a) qu'il faut le commémorer par le vin.
Nos Sages nous enseignent par ailleurs dans la mishna (TB Meguila 7b) que la seule différence entre shabat et les jours de fête réside dans certains travaux liés à la préparation de la nourriture.
C'est donc qu'il faut aussi faire kidoush le soir, pour sanctifier ces jours de fêtes (durant lesquels il est également interdit de travailler, à la différence de rosh h'odesh ou h'ol hamo'ed - dans certaines conditions).

Nos Sages ont par ailleurs institué (cf. TB Pessah'im id. ; Sh. Ar. OH 289) un kidoush pour le matin du shabat et jours de fête, par respect (cf. encore Rambam hil. Shabat chap. 30, hal. 9 et Kessef Mishné ad loc sur le vin bu à séouda shlishit).

Nonobstant tout cela, le Shoulh'an Arouh' rapporte qu'il est vivement conseillé de faire un grand repas en l'honneur de Rosh H'odesh (OH 419,1).

En réalité, cela découle d'une discussion intéressante entre les décisionnaires :

- Rashi (Rav Shlomo Itzh'aki, 1040-1105) dans son commentaire sur le Talmud (Ta'anit 15b) écrit : "bien qu'il soit écrit "mo'ed" (litt. temps de rencontre), il n'est pas écrit (=à propos de Rosh H'odesh) "repas et joie"". Des propos similaires sont tenus par le Rav Asher ben Yeh'iel (1250-1327 - Rosh, Berah'ot chap. 7, §23) - on ne dira pas, en complétant le Birkat HaMazon si on a oublié de dire l'ajout "Ya'aleh veYavoh", que c'est un temps de joie.

- En outre, le Rav Eliezer de Metz (1115-1175), dans son livre "Yire'im" (§227 (§127 dans l'ancienne éd.)) écrit qu'il y a un devoir de se réjouir à Rosh H'odesh. Il en découle que selon lui, il est bon de boire du vin pour se réjouir à Rosh H'odesh (bien qu'on ne fera pas kidoush sur ce dernier) - cf. Ben Ish H'ai, 2ème année, Vayikra, §10 ; Kaf HaH'ayim (Sofer), OH 419,5.

Cordialement,