Des emails d'activation de comptes sont envoyés à nos utilisateurs. Vérifiez aussi dans votre dossier Spam / Courrier Indésirable ! Si vous n'avez pas reçu de mail contactez-nous à l'aide du lien ci-dessus.
Si notre message se trouve dans le dossier Spam, nous vous serions reconnaissants de le marquer comme "non-spam" (ou autre mention équivalente) afin de nous aider à atteindre les autres utilisateurs de Cheela.

La loi orale a la rescousse

mbrc
Profile picture for user mbrc
mar 14/03/2017 - 23:00

Bonjour,

Section : ki tetse
Chap : 24
Verset : aleph

Quelles sont les exemples de "ervat davar" chez une femme pour que son mari decide de la repudier ?

Est-ce une consideration subjective a tout mari souhaitant passer a cette decision, ou bien, y a t il des commentateurs qui donne un étalonnage des cas possibles entrant en conformité avec l'ervat davar féminine.

Le verset me semble plutot expeditif et la torah ne cherche pas d'abord a parler d'une première phase -comme il se fait de nos jours dans des beth din serieux- de tentatives de rapprochement du couple avant d'aller plus loin.

Ou bien doit-on considérer ce verset comme le dernier recours suite a tant de tentatives rabinique de rapprochement en echec du couple.

J'ai cru entendre qu'il fallait la presence de temoins pour que la separation soit valide, alors que le verset n'en fait pas mention : on immagine un homme seul avec sa femme qui decide tout d'un coup de lui ecrire le sepher kritout et le lui donner dans la foulée et sans barrière préalable. Ce qui donne ici le sentiment d'une manière rapide et mécanique de la chose.

Rassurez moi et dites moi que la torah orale fixe bien des barrières de sécurité visant a temporiser la situation et surtout valider qu'apres mure reflexion du mari, que cela devient une mitsvah.

Rav Sam Elikan
jeu 30/03/2017 - 07:34

Shalom,
Voyez la mishna dans le traité de Guittin chap. 9, mishna 10.
Et son explication ici : 78329.
Cordialement,